Emile Ouosso et la protection des espèces au Congo

La République du Congo est qualifiée de « pays de la Méga biodiversité ». Le pays a plus de dix mille espèces endogènes et détient 47 % des forêts du continent africain sur son territoire. La préservation de la biodiversité et la protection des espèces menacées de disparition demeurent un grand défi pour le pays. À la base du bien-être humain, le déclin de la biodiversité menace le futur des habitants du Congo. Les mesures prises pour la protection des espèces au Congo sont surtout axées sur la promulgation de loi et la création de nouveaux parcs nationaux.

Les espèces menacées d’extinction au Congo

La République du Congo abrite des millions d’hectares dans la partie nord du pays. La partie Est est caractérisée par la chaîne volcanique et plusieurs grands lacs.

Selon Le Ministre Emile Ouosso, une multitude d’espèces animales vivent au Congo, notamment dans les nombreux parcs et réserves naturelles du pays. Malheureusement, beaucoup d’espèces sont menacées d’extinction. Parmi eux, il y a le gorille des montagnes, le vautour à dos blanc, le lycaon ou chien sauvage d’Afrique, le faux gavial, le gorille des plaines, le chimpanzé et le mérou goliath.

Les mesures de conservations mises en place

Que ce soit sur le plan national ou international, le gouvernement Congo Brazzaville a pris des mesures pour la protection des espèces au Congo.

La Convention sur la diversité biologique

La République du Congo a signé cette convention lors de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement. Elle implique le projet zéro déforestation et zéro perte en espèces animales. Cette conférence a eu lieu à Rio de Janeiro en 1992.

L’adoption des lois relatives à la conservation de la nature

Afin de rendre effective l’entrée en vigueur de la Convention de Rio et le plan d’action de la diversité biologique, le Congo s’est dotée d’un cadre juridique adapté. À titre d’exemple, il y a la loi relative à la conservation de la nature souligne Emile Ouosso Ministre. Cette loi clarifie certaines réglementations relatives à la diversité biologique et à la conservation. Elle renforce également le régime répressif permettant d’assurer la protection des espèces et des écosystèmes.

En parallèle avec les mesures juridiques, Brazzaville mise aussi sur la création de parcs nationaux. Actuellement, le pays compte plusieurs parcs nationaux. Certaines réserves ont été également mises en place pour la protection exclusive de certaines espèces comme l’okapis ou la Réserve et les gorilles.

Un plan audacieux pour sauver les espèces qui peuplent le bassin de Congo dit Emile Ouosso Ministre

Même si de nombreux efforts ont déjà été effectués pour la protection des espèces au Congo, les activistes et les acteurs dans le domaine de la conservation ne comptent pas s’arrêter là. Dernièrement, un plan audacieux a vu le jour pour sauver les espèces se trouvant dans le bassin de Congo. Pour cela, 300 villageois de ont reçu 4 100 hectares de forêt qu’ils pourront exploiter. Les responsables de ce projet sont convaincus que la propriété communautaire est un outil puissant pour stopper la destruction de la forêt et favoriser la protection de la faune.

Emile Ouosso Ministre: Congo — Brazzaville

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store